Mois: mai 2016

Contre la conception ontologique de la contradiction et de la négation

J’ai déjà eu l’occasion, sur ce blog (ici et ), de commenter les conceptions dites ontologiques de la dialectique, c’est-à-dire celles selon lesquelles que le réel est structuré de façon dialectique, par opposition à celles selon lesquelles seuls la pensée ou le discours peuvent être dialectiques. J’en discutais il y a quelques jours avec un ami, et celui-ci m’a donné un argument bizarre en faveur de cette conception ontologique. Je voudrais donc, dans ce billet, exposer cet argument et le réfuter.

Cet ami me soutenait que les trois propositions suivantes ne pouvaient pas être vraies ensemble :

  1. il peut y avoir des propositions contradictoires entre elles et toutes (partiellement) vraies (c’est-à-dire, plus ou moins, qu’il y a une « dialectique subjective ») ;
  2. la vérité consiste dans l’adéquation d’une proposition avec la réalité ;
  3. il n’y a pas de contradiction objective dans la réalité (c’est-à-dire, plus ou moins, qu’il n’y a pas de « dialectique objective »).

Si par exemple je peux dire que la mer est à la fois bleue et non bleue, ce qui n’est pas aberrant, je produis une contradiction dans le discours ; si j’estime que ce discours est vrai, et que la vérité se définit par l’adéquation du discours au réel, alors je dois accepter que la contradiction ne réside pas seulement dans le discours mais dans l’objet désigné lui-même (la mer). C’est en tout cas la définition implicite de l’ « adéquation » que mobilisait mon interlocuteur[1].

Or je crois bien que cela ne marche pas du tout, et que ce raisonnement est un sophisme. Si je dis : « Dans ce champ, il n’y a pas de vache », et que cette affirmation soit vraie, cela implique que ce discours est adéquat à la réalité. Or mon discours contient l’objet linguistique « pas de vache ». Est-ce que cela veut dire que l’objet « pas de vache » appartient au réel ? La négation-de-vache appartient-elle donc au monde ? Personnellement, je n’ai jamais vu une chose pareille. Je vois un champ vide, à la rigueur ; je sais que le champ vide existe dans le réel ; mais la négation-de-vache est une pure opération de l’esprit, consistant à ajouter ou à supposer mentalement une ou plusieurs vaches dans ce champ, puis à les en supprimer. Or une telle chose ne s’est jamais produite dans la réalité.

La négation-de-vache dans le discours suppose la vache (et la nie), alors que la négation-de-vache dans la réalité n’est pas du tout, en fait, une négation de vache, mais une simple absence de vache, qui ne suppose aucune vache, à aucun moment. Elle est d’ailleurs autant une absence de vache qu’une absence de crevette ou de licorne. La négation est une propriété du discours, pas du réel ; pourtant, un énoncé contenant une négation peut être vrai, au sens d’adéquat au réel. Il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement pour la contradiction.

Si du reste, comme le supposait cet ami, l’adéquation d’un discours à la réalité impliquait une homologie de structure entre ce discours et cette réalité, il faudrait certainement, pour rendre compte d’une absence de vache, produire non pas une négation, mais une absence de discours… donc, se taire.

Bref, le concept de chien n’aboie pas.


[1] Notons qu’il est impossible de produire une définition non tautologique de l’ « adéquation » entre un discours et la réalité, puisqu’on ne peut pas parler de la réalité autrement qu’en mobilisant un discours à son sujet. On a directement accès à un seul des deux termes de la comparaison, et c’est ce même terme que l’on rencontre (et auquel on se heurte) lorsqu’on tente d’accéder à l’autre terme. On n’a sans doute guère mieux que l’intuition, ici, pour saisir ce qu’il faut entendre par « adéquation ».

Publicités

A quoi sert de faire l’éloge des vieilles lois ? Réponse à p4bl0

Mon dernier billet a donné lieu à une objection judicieuse de p4bl0. Tout en faisant l’éloge des vieilles lois, je ne contestais pas qu’il fallût également et même surtout juger une loi sur ses qualités intrinsèques : pas seulement sur son ancienneté, mais aussi sur sa justice. Dès lors, comme dit p4bl0 : « Est-ce que le caractère vieux d’une loi a vraiment une importance ? » Ou bien est-ce un critère qui se dissout de lui-même dans d’autres critères plus importants ? Cela a-t-il un quelconque intérêt de faire l’éloge des vieilles lois en tant que telles ?

J’ai répondu dans les commentaires, mais ma réponse se révèle suffisamment longue et, je crois, susbtantielle, pour donner lieu à un nouveau billet. À l’objection de p4bl0, je réponds deux choses :

1.

Le mot d’ordre « Aimons les vieilles lois » a de toute façon une importance psychologique. Aujourd’hui, l’heure est plutôt à la frénésie législative (c’était surtout vrai sous Sarkozy, dont on moquait parfois le réflexe « un fait divers = une loi ») : le discours commun, c’est plutôt qu’il faut adapter la loi aux évolutions de la société. Il me semble que c’est un état d’esprit déplorable, qui incite les gens à s’imaginer par exemple qu’il y a un « problème musulman » qu’il faut absolument régler, et pas, disons, un « problème laïque » réglé depuis longtemps. Donc avant même de considérer les lois en question, c’est une bonne chose que d’avoir un préjugé favorable aux vieilles lois. Peut-être sera-t-on amené-e à les modifier ou à les abroger si on les juge mauvaises, mais ce préjugé favorable constitue un biais qui est, dans l’ensemble, plutôt positif.

2.

Surtout, et c’est le point le plus important de cette réponse, il n’est pas toujours évident de décider si une loi est bonne ou pas. Il y a des tas de circonstances où la plupart des gens n’ont pas d’avis sur une loi donnée, parce qu’il n’y a pas de principe évident qui vaille en la matière, ou bien parce que la loi repose sur un certain compromis entre deux principes de force équivalente, auquel cas il n’y a pas vraiment de critère pour trancher (voir, ici, le 2e point). Dans ce cas, l’éloge des vieilles lois par rapport aux nouvelles me paraît tout à fait légitime.

Par exemple, sur le fait d’appliquer la loi sur l’administration de substances nuisibles aux cas de contamination volontaire par le VIH. L’article de Maître Eolas que je mettais en lien explique que :

Le régime de l’administration de substances nuisibles s’aligne sur celui, un peu bizarre, des violences volontaires. En effet, pour des éléments constitutifs identiques (une administration, un acte de violence), la répression va varier uniquement en considération du résultat.

Je n’ai pas d’avis sur ce point, parce que je ne l’ai pas examiné, et parce que je n’ai pas spécialement envie de perdre du temps à l’examiner. Il y a probablement des gens très intelligents qui y ont réfléchi, et qui se sont dit que cette solution était bonne. Elle a sans doute des qualités et des défauts, mais elle a sa logique. Eh bien, aligner les cas de contamination au VIH sur ce délit-là, c’est beaucoup mieux que de refaire une loi ad hoc où la question des degrés de répression serait :

  1. réexaminée entièrement par le législateur ;
  2. parasitée par l’existence de préjugés défavorables aux séropositif/ve-s ou par le lobbying d’Act Up.

On ne peut pas juste se demander si la loi condamnant l’administration de substances nuisibles est bien faite ou pas. Elle a sans doute des qualités et des défauts. On peut théoriquement réfléchir à ces qualités et à ces défauts, et proposer de meilleures solutions, mais le débat sur la contamination au VIH n’est vraiment pas le meilleur moment pour le faire.

Un autre exemple qui me vient en tête, c’est le système électoral. Les systèmes électoraux (majoritaires, proportionnels, à un tour, à deux tours) ont différents avantages et inconvénients. On a le droit d’en préférer un, pour des raisons de représentativité démocratique (la proportionnelle ?) ou de stabilité parlementaire et gouvernementale (le système majoritaire ?). Mais on peut aussi se dire que chaque système ayant ses qualités et ses défauts, le choix de l’un au détriment de l’autre ne constitue pas, a priori, un scandale. En revanche, ce qui est scandaleux, c’est quand un parti au pouvoir modifie le système électoral avant une élection dans le seul but de rester au pouvoir

[En continuant un peu à partir de ce cas de figure, on arrive à l’idée que parfois, même si une loi est bonne, on peut être contre son adoption simplement parce que le contexte dans lequel elle est discutée et votée en fait une loi ad hoc et un instrument de stigmatisation. La décision d’un tribunal allemand d’interdire la circoncision, en la rangeant dans la catégorie des mutilations, ne me choque pas tant que ça. C’est une interprétation de la loi qui peut se défendre et qui, par certains côtés, paraît même logique. Mais si les député-e-s français s’avisaient aujourd’hui d’interdire la circoncision, même si c’était par une loi plus générale, je serais peut-être contre quand même car il me semble qu’il s’agirait d’une loi ad hoc, adoptée dans un contexte où il y a beaucoup de discours et de lois islamophobes. La meilleure solution, alors, consisterait à ne rien faire et à continuer comme avant, puisque ça fait des décennies qu’on fonctionne comme ça sans trop de problème.]

(Je mets ça en petit et entre crochets, parce que je suis moins sûr de moi que pour le reste).

Le fond du problème, c’est que toutes les lois ne suscitent pas chez les citoyen-ne-s une franche approbation ou un dégoût scandalisé. La plupart des lois, soit on s’en fiche, soit on a un avis modéré dessus. Les lois qui occupent le devant de l’actualité sont par nature les plus polémiques, celles sur lesquelles on est enclin-e-s à avoir un avis tranché. Mais la loi, c’est aussi ce qui décide de si la pomme qui pousse sur la branche du pommier de M. Untel, mais au-dessus du jardin de Mme Unetelle, parce que la branche passe au-dessus de la clôture, appartient à M. Untel ou à Mme Unetelle. Aucune solution n’étant absolument évidente ni scandaleuse, il vaut mieux s’en remettre à la sagesse de nos ancêtres.